Initiative Triangle de corail sur les récifs coralliens, la pêche et la sécurité alimentaire (CTI-CFF)Asie du Sud Est

Contexte 1

L’initiative CTI-CFF est un partenariat multilatéral fondé sur l’engagement des six pays du Triangle de corail (Indonésie, Malaisie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Philippines, Timor oriental et Îles Salomon – CT6) pour protéger les ressources et les communautés côtières et marines.

Le Triangle de corail est considéré comme l’un des écosystèmes les plus importants et les plus diversifiés au monde :

  • il est un épicentre de la biodiversité marine, recelant plus de 500 espèces de coraux bâtisseurs de récifs et 3 000 espèces de poissons ;
  • au total, 120 millions de personnes dépendent directement des ressources marines pour leurs subsistance et sécurité alimentaire ;
  • les récifs coralliens soutiennent une industrie touristique de 12 milliards de dollars par an ;
  • ses aires de frai et d’alevinage de thon soutiennent une industrie de pêche au thon de plusieurs milliards de dollars ; et
  • ses systèmes de récifs et ses forêts de mangrove protègent les communautés contre les tempêtes, réduisant ainsi les dégâts et les coûts de reconstruction futurs.

Cependant, les changements climatiques auront une incidence considérable sur les rivières, les estuaires, les forêts de mangrove, les récifs coralliens, les pêcheries, les moyens d’existence côtiers et les infrastructures côtières, par le biais de l’acidification des océans, de l’élévation des températures, de l’élévation du niveau de la mer, ainsi que de cyclones et de tempêtes plus intenses. En 2009, le CT6 s’est engagé à mettre en œuvre un Plan d’action régional dont le quatrième objectif – « Mener à bien les mesures d’adaptation aux changements climatiques » – a été jugé particulièrement urgent. Ainsi, en 2010, le Plan d’action rapide régional pour l’adaptation aux changements climatiques (REAP-CCA) a été élaboré en identifiant les mesures à prendre immédiatement dans tout le Triangle de corail afin de renforcer la résilience des communautés côtières aux changements climatiques. Il s’agit d’une étape importante vers l’adaptation aux changements climatiques dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Lien avec l’AIC

Le REAP-CCA contribuera à la production et à la sécurité alimentaire durable, ainsi qu’à l’adaptation, à travers la réalisation de ses deux objectifs, à savoir : i) maintenir les structures, fonctions et services écosystémiques marins et côtiers essentiels pour les moyens d’existence et la sécurité alimentaire des communautés côtières ; et ii) appuyer les stratégies de diversification qui renforcent la résilience des communautés côtières aux changements climatiques. Bien que la réduction des émissions ne constitue pas un objectif majeur à l’heure actuelle, l’amélioration de la gestion des mangroves se traduira par une augmentation de la séquestration du carbone. Le REAP-CCA ne vise pas non plus à accroître la productivité, mais plutôt à la maintenir.

Impacts et leçons apprises

Plus de 100 politiques, lois et accords visant à améliorer la gestion des écosystèmes ont été proposés ou adoptés, ainsi que 8 lois ou politiques spécifiques portant sur les changements climatiques. Un marché de l’adaptation aux changements climatiques en ligne mettra en lien les bailleurs de fonds de l’adaptation aux changements climatiques et les projets prêts à l’emploi sur le terrain. Plus d’un million d’hectares d’aires marines protégées et 10 millions d’hectares supplémentaires de zones côtières font déjà l’objet d’une gestion améliorée (Read 2014). 2

References

  • 1

    CTI. 2011. Region-wide Early Action Plan for Climate Change Adaptation for the Near-shore Marine and Coastal Environment (REAP-CCA). Jakarta, Indonesia: CTI Interim Regional Secretariat.

    http://www.coraltriangleinitiative.org/sites/default/files/resources/FINAL_CCA%20REAP_17Oct2011_lg_V6.pdf Le Triangle de corail couvre environ six millions de kilomètres carrés d’eaux océaniques et côtières entourant l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Îles Salomon et le Timor oriental (Figure 1). Il est considéré comme l’épicentre mondial de la biodiversité marine, abritant plus de 500 espèces de coraux hermatypiques et 3 000 espèces de poissons. Les impacts cumulés du développement côtier non planifié, de la surpêche, de la dégradation de l’habitat et des changements climatiques menacent la santé et le bien-être, la sécurité alimentaire et les moyens d’existence de plus de 120 millions de personnes vivant en zone côtière.
  • 2

    Read T. 2014. Stewarding biodiversity and food security in the Coral Triangle: Achievement, challenges and lessons learned. Jakarta, Indonesia: CTI Interim Regional Secretariat.

    http://assets.worldwildlife.org/publications/659/files/original/CTSP-LessonsLearned_final__MK_edits__PD_review_2014_Jan_15.pdf?1391724667 Avec le soutien de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), l’équipe de direction du Partenariat pour le soutien au Triangle de corail (CTSP), a commandité ce rapport en vue de procéder à une évaluation qualitative des réalisations, des défis et des enseignements liés à l’investissement dans le CTSP. Le CTSP s’inscrit dans le cadre d’un investissement plus large de l’USAID qui soutient l’Initiative Triangle de corail sur les récifs coralliens, la pêche et la sécurité alimentaire (CTI-CFF), un effort conjoint de six nations visant à préserver les ressources marines et côtières vitales dans le Triangle de corail situé en Asie du Sud-est et dans le Pacifique ouest.

Bienvenueàl’agriculture intelligente face au climat 101

déroulez pour découvrir

Ce site vous ouvre la porte de l’agriculture intelligente face au climat. Il vous aidera à vous lancer et vous accompagnera dans la mise en œuvre sur le terrain, en vous donnant accès à toutes les ressources avec lesquelles vous devez vous familiariser davantage.

déroulez pour commencer

CCAFS Agriculture intelligente face au climat 101

Notions élémentaires

L’agriculture intelligente face au climat (AIC) est une approche intégrée destinée à relever les défis interdépendants de la sécurité alimentaire et des changements climatiques, qui vise explicitement trois objectifs :

A. accroître durablement la productivité agricole afin de favoriser des augmentations équitables des revenus agricoles, la sécurité alimentaire et le développement ;

B. adapter et renforcer la résilience des systèmes agricoles et de sécurité alimentaire aux changements climatiques à plusieurs niveaux ; et

C. réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture (notamment la production végétale, l’élevage et la pêche).

Points d’entrée

L’agriculture affecte et est affectée par les changements climatiques de plusieurs manières et il existe de nombreux points d’entrée pour le lancement des programmes d’AIC ou la mise à échelle des activités existantes. La productivité, l’atténuation et l’adaptation peuvent avoir lieu à des niveaux technologiques, organisationnels, institutionnels et politiques différents. Afin de vous aider à explorer cette multitude de points d’entrée, nous les avons répartis en trois domaines thématiques : i) les pratiques d’AIC ; ii) les approches par systèmes de l’AIC ; et iii) des environnements propices à l’AIC. Chaque point d’entrée est ensuite décrit et analysé en termes de productivité, d’adaptation et de potentiel d’atténuation et est illustré par des études de cas, des références et des liens Internet pour de plus amples informations.

Élaborer un plan d’AIC

La planification des projets et programmes d’AIC, ainsi que leurs mise en œuvre et suivi s’articulent autour des questions de compréhension du contexte, notamment l’identification des principaux problèmes/obstacles et opportunités liés à l’orientation du projet/programme ; l’élaboration et la hiérarchisation de solutions, et la conception de plans ; la mise en œuvre ; et le suivi-évaluation. La plupart des grands organismes de développement disposent de leur propre cadre pour l’élaboration et la gestion des projets et programmes. Cependant, le CCAFS a mis au point une approche spécifique pour la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des projets et programmes d’AIC, appelée Plan de l’AIC. Ce plan vise à orienter la planification, la mise en œuvre et le suivi de l’AIC à grande échelle. Le Plan de l’AIC comprend quatre principaux éléments, à savoir : 1) l’Analyse de situation ; 2) le ciblage et la hiérarchisation ; 3) l’appui au programme ; et 4) le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Financement

Un certain nombre de sources de financement potentielles sont disponibles pour aider à réaliser les objectifs de l’AIC, notamment le développement agricole, la sécurité alimentaire, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. Les sources de financement des interventions relatives au climat peuvent servir, par exemple, à mobiliser un financement pour l’agriculture et intégrer les changements climatiques dans les investissements agricoles. La présente section donne un aperçu des sources de financement potentielles pour les activités d’agriculture intelligente face au climat (AIC) aux niveaux national, régional et international, ainsi que pour différents « clients » potentiels tels que les gouvernements, la société civile, les organisations de développement et d’autres entités. En outre, elle donne des pistes de solutions pour la recherche de financement parmi une gamme d’opportunités, en fonction du domaine d’intervention, du secteur et de l’instrument de financement de l’AIC.

Bibliothèque de ressources

Le Guide de l’AIC propose une présentation brève et concise des multiples aspects de l’agriculture intelligente face au climat. Dans le même temps, il indique les liens permettant d’accéder aux références et autres ressources clés qui vous aideront à approfondir vos recherches et mieux comprendre les sujets spécifiques qui vous intéressent. Dans la bibliothèque de ressources, nous avons rassemblé toutes les références, ressources clés, termes et questions dans une section unique afin d’en donner un bref aperçu et de les rendre facilement accessibles. Cette section peut être utilisée comme une partie ou indépendamment des autres sections du site Web. La bibliothèque de ressources est répartie en six sections à savoir : 1) les Références – liste de tous les publications, liens et blogs auxquels il est fait référence sur le site Web ; 2) les Outils – liste tous les outils de l’AIC présentés sur le site Web ; 3) les Termes clés – explications des termes les plus importants et les plus fréquemment utilisés concernant l’AIC ; 4) la Foire aux questions (FAQ) – qui donne un bref aperçu des questions les plus fréquemment posées concernant l’agriculture intelligente face au climat ; 5) la section « À propos de ce site » – où vous pouvez obtenir davantage d’informations sur le but et la structure du site Web, ainsi que sur les organisations et les auteurs qui se cachent derrière le site ; et 6) notre Contact.

Local case studies

Filtrer par points d’entrée

search