Passage du maïs à la lavande résiliente au climat en IndeKashmir, Inde

Contexte 1

Les petits exploitants agricoles des districts de Baramulla, Bandipora et Pulwama dans le Cachemire sont confrontés à des conditions météorologiques de moins en moins fiables et doivent cultiver des sols de plus en plus dégradés. Il s’ensuit que les agriculteurs contractent d’importantes dettes en raison des mauvaises récoltes répétées. Nombre d’entre eux ont été contraints de vendre leurs terres. Cependant, une coopérative agricole locale (Coopérative des producteurs de plantes médicinales et aromatiques du Jammu-et-Cachemire) a démontré qu’il existe une autre option viable. Les agriculteurs peuvent passer du maïs à des plantes pérennes telles que la lavande, qui pousse bien sur les sols pauvres et dans les conditions climatiques difficiles. En tant que plante pérenne résistante, elle a une durée de vie de 20 ans, résiste à des conditions météorologiques imprévisibles, nécessite très peu d’intrants et est quasiment exempte de parasites. Les bénéfices qui en découlent atteignent 4 000 $ EU par hectare par an. La coopérative a été mise sur pied en 2009 et est passée de 30 à 300 membres en 2011, avec des récoltes collectives constamment en augmentation. Elle sert de tremplin aux petits exploitants agricoles pour accéder au marché, voire exporter leurs produits. Par ailleurs, grâce à une subvention fédérale, la coopérative a mis en place une unité de distillation d’huile aromatique d’un montant de 500 000 $ EU et commercialise à présent l’huile essentielle de lavande en Inde et au Royaume-Uni sous le label Pure Aroma.

Lien avec l’AIC

Le risque de baisse des rendements agricoles ou de perte totale des récoltes dû à la sécheresse a été éliminé en remplaçant le maïs, une culture annuelle, par celle de la lavande, une plante pérenne résiliente. La productivité (en termes de $ EU/ha) a augmenté de manière considérable. Cette culture pérenne, d’une durée de vie de 20 ans, peut contribuer à atténuer les changements climatiques en accroissant considérablement la séquestration du carbone sous le sol dans leurs racines par rapport à une culture annuelle telle que le maïs. Toutefois, ceci n’a pas encore été quantifié dans le cadre de la présente étude de cas.

Impact et leçons apprises

Le leadership entrepreneurial, conjugué à l’action collective menée à travers une coopérative locale, a engendré une entreprise qui a permis à un nombre croissant d’agriculteurs pauvres de s’extirper de la pauvreté et de l’endettement. Un important appui gouvernemental sous forme d’une subvention fédérale a permis à la coopérative d’offrir du matériel de plantation et de formation aux nouveaux agriculteurs et, mieux, de les mettre en lien avec succès avec les marchés internationaux. Le modèle coopératif offre des opportunités que les petits agriculteurs ne peuvent pas atteindre seuls – depuis la vente groupée et l’exportation jusqu’à la transformation, à l’image de marque et à la commercialisation d’un produit à valeur ajoutée.

Lien

CCAFS Big Facts - Switching to climate-resilient aromatic crops in India: https://ccafs.cgiar.org/bigfacts/#theme=evidence-of-success&subtheme=crops&casestudy=cropsCs1

References

  • 1

    FAO. 2013a. Climate-Smart Agriculture: Sourcebook. Rome, Italy: Food and Agriculture Organization of the United Nations.

    http://www.fao.org/3/a-i3325e.pdf D’ici à 2050, la population mondiale augmentera d’un tiers. La plupart de ces 2 milliards de personnes supplémentaires vivront dans des pays en développement. Dans le même temps, davantage de personnes vivront en ville. Selon les estimations de la FAO, si les tendances actuelles de la croissance du revenu et de la consommation se poursuivent, il faudra augmenter la production agricole de 60 % d’ici à 2050 pour satisfaire les besoins alimentaires tant humains qu’animaux escomptés. Par conséquent, l’agriculture doit se transformer afin de parvenir à nourrir une population mondiale croissante et servir de base à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté. Les changements climatiques rendront cette tâche plus difficile dans le cadre du scénario du statu quo, en raison de leurs effets néfastes sur l’agriculture, ce qui nécessitera une spirale d’adaptation et de coûts connexes.

Bienvenueàl’agriculture intelligente face au climat 101

déroulez pour découvrir

Ce site vous ouvre la porte de l’agriculture intelligente face au climat. Il vous aidera à vous lancer et vous accompagnera dans la mise en œuvre sur le terrain, en vous donnant accès à toutes les ressources avec lesquelles vous devez vous familiariser davantage.

déroulez pour commencer

CCAFS Agriculture intelligente face au climat 101

Notions élémentaires

L’agriculture intelligente face au climat (AIC) est une approche intégrée destinée à relever les défis interdépendants de la sécurité alimentaire et des changements climatiques, qui vise explicitement trois objectifs :

A. accroître durablement la productivité agricole afin de favoriser des augmentations équitables des revenus agricoles, la sécurité alimentaire et le développement ;

B. adapter et renforcer la résilience des systèmes agricoles et de sécurité alimentaire aux changements climatiques à plusieurs niveaux ; et

C. réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture (notamment la production végétale, l’élevage et la pêche).

Points d’entrée

L’agriculture affecte et est affectée par les changements climatiques de plusieurs manières et il existe de nombreux points d’entrée pour le lancement des programmes d’AIC ou la mise à échelle des activités existantes. La productivité, l’atténuation et l’adaptation peuvent avoir lieu à des niveaux technologiques, organisationnels, institutionnels et politiques différents. Afin de vous aider à explorer cette multitude de points d’entrée, nous les avons répartis en trois domaines thématiques : i) les pratiques d’AIC ; ii) les approches par systèmes de l’AIC ; et iii) des environnements propices à l’AIC. Chaque point d’entrée est ensuite décrit et analysé en termes de productivité, d’adaptation et de potentiel d’atténuation et est illustré par des études de cas, des références et des liens Internet pour de plus amples informations.

Élaborer un plan d’AIC

La planification des projets et programmes d’AIC, ainsi que leurs mise en œuvre et suivi s’articulent autour des questions de compréhension du contexte, notamment l’identification des principaux problèmes/obstacles et opportunités liés à l’orientation du projet/programme ; l’élaboration et la hiérarchisation de solutions, et la conception de plans ; la mise en œuvre ; et le suivi-évaluation. La plupart des grands organismes de développement disposent de leur propre cadre pour l’élaboration et la gestion des projets et programmes. Cependant, le CCAFS a mis au point une approche spécifique pour la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des projets et programmes d’AIC, appelée Plan de l’AIC. Ce plan vise à orienter la planification, la mise en œuvre et le suivi de l’AIC à grande échelle. Le Plan de l’AIC comprend quatre principaux éléments, à savoir : 1) l’Analyse de situation ; 2) le ciblage et la hiérarchisation ; 3) l’appui au programme ; et 4) le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Financement

Un certain nombre de sources de financement potentielles sont disponibles pour aider à réaliser les objectifs de l’AIC, notamment le développement agricole, la sécurité alimentaire, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. Les sources de financement des interventions relatives au climat peuvent servir, par exemple, à mobiliser un financement pour l’agriculture et intégrer les changements climatiques dans les investissements agricoles. La présente section donne un aperçu des sources de financement potentielles pour les activités d’agriculture intelligente face au climat (AIC) aux niveaux national, régional et international, ainsi que pour différents « clients » potentiels tels que les gouvernements, la société civile, les organisations de développement et d’autres entités. En outre, elle donne des pistes de solutions pour la recherche de financement parmi une gamme d’opportunités, en fonction du domaine d’intervention, du secteur et de l’instrument de financement de l’AIC.

Bibliothèque de ressources

Le Guide de l’AIC propose une présentation brève et concise des multiples aspects de l’agriculture intelligente face au climat. Dans le même temps, il indique les liens permettant d’accéder aux références et autres ressources clés qui vous aideront à approfondir vos recherches et mieux comprendre les sujets spécifiques qui vous intéressent. Dans la bibliothèque de ressources, nous avons rassemblé toutes les références, ressources clés, termes et questions dans une section unique afin d’en donner un bref aperçu et de les rendre facilement accessibles. Cette section peut être utilisée comme une partie ou indépendamment des autres sections du site Web. La bibliothèque de ressources est répartie en six sections à savoir : 1) les Références – liste de tous les publications, liens et blogs auxquels il est fait référence sur le site Web ; 2) les Outils – liste tous les outils de l’AIC présentés sur le site Web ; 3) les Termes clés – explications des termes les plus importants et les plus fréquemment utilisés concernant l’AIC ; 4) la Foire aux questions (FAQ) – qui donne un bref aperçu des questions les plus fréquemment posées concernant l’agriculture intelligente face au climat ; 5) la section « À propos de ce site » – où vous pouvez obtenir davantage d’informations sur le but et la structure du site Web, ainsi que sur les organisations et les auteurs qui se cachent derrière le site ; et 6) notre Contact.

Local case studies

Filtrer par points d’entrée

search