Vulgarisation à grande échelle des services climatiques pour l’agriculture au SénégalSenegal

Contexte 1 2

Au Sénégal, le Programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS) a travaillé en étroite collaboration avec l’Agence nationale de la météorologie (ANACIM) pour élaborer des services d’information climatique adaptés au contexte local et renforcer la capacité des partenaires à communiquer l’information aux agriculteurs et à les aider à l’intégrer dans leur formation. Les travaux ont démarré à une échelle pilote en 2011, avec des ateliers de formation des agriculteurs et de planification à Kaffrine. Le projet pilote a mis en exergue une forte demande d’informations climatiques, et il a été suggéré d’aller plus loin que le projet pilote initial. Les stations de radio rurales ont été mises à contribution pour l’extension des services à d’autres régions du Sénégal, dans le cadre d’un partenariat avec l’Union des radios associatives et communautaires (URAC), une fédération d’ONG et l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA). En collaboration avec l’ANACIM, les chercheurs du CCAFS ont fourni aux agriculteurs des prévisions tant saisonnières que décadaires adaptées à leurs besoins. Un programme spécial a communiqué ces informations par le biais du réseau des stations de radio membres de l’URAC. Des journalistes de 40 stations de radio ont reçu une formation afin de comprendre et communiquer l’information sur le climat. Les programmes radiophoniques interactifs ont permis aux auditeurs de partager leurs commentaires, ainsi que de fournir des informations supplémentaires, de donner leurs points de vue et de demander des éclaircissements.

Lien avec l’AIC

Bien qu’il existe des preuves irréfutables que les agriculteurs sénégalais demandent et utilisent l’information météorologique, une enquête approfondie est nécessaire pour déterminer la mesure dans laquelle ceci a contribué à la réalisation des objectifs de l’AIC en améliorant la résilience et la productivité.

Impacts et leçons apprises

Il ressort d’une évaluation récente que 560 000 ménages ruraux ont accès à présent aux services d’information climatique au Sénégal, suite à cet effort. Cette étude a montré que les agriculteurs changent leurs pratiques de gestion conformément à l’information reçue, mais un travail supplémentaire est nécessaire pour comprendre l’ampleur de ces changements et leur impact sur les moyens d’existence des agriculteurs. Les faits montrent que l’effort pilote a suscité la forte demande des agriculteurs, en fournissant des informations plus spécifiques au contexte local, dans un processus qui a engagé les communautés rurales dans un dialogue fructueux avec les spécialistes du climat et de l’agriculture. Le partenariat avec l’URAC pour doter les stations de radio des moyens nécessaires pour fournir l’information climatique s’est avéré un moyen efficace et peu coûteux de répondre à la demande et a amélioré considérablement l’accès pour les agriculteurs locaux, dans la mesure où il s’étend sur l’ensemble des 14 régions administratives et fonctionne dans les langues locales, utilisant un format interactif pour mobiliser les auditeurs.

Lien

CCAFS Big Facts - Rainfall forecasts enabling better agricultural management in Senegal: https://ccafs.cgiar.org/bigfacts/#theme=evidence-of-success&subtheme=services&casestudy=servicesCs1

References

  • 1

    Lo HM, Dieng M. 2015. Impact assessment of communicating seasonal climate forecasts in Kaffrine, Diourbel, Louga, Thies and Fatick (Niakhar) regions in Senegal: Final Report for CCAFS West Africa Regional Program.

    https://cgspace.cgiar.org/rest/bitstreams/56619/retrieve Les informations sur le climat constituent, à l’heure actuelle, un intrant agricole, tout comme les semences, les engrais ou l’équipement qui sont à la base de la production. En un mot, c’est ce qui ressort de ce rapport d’évaluation du Programme du CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS) sur la transmission d’informations climatiques et de conseils agricoles pertinents aux agriculteurs des régions administratives de Kaffrine, Diourbel, Thiès, Louga et Fatick. Dans le cadre de ce projet, le CCAFS s’attache à contribuer à l’amélioration de la résilience des populations rurales aux changements climatiques en intégrant de manière plus adéquate les informations climatiques dans la planification et la mise en œuvre des activités de développement. Grâce à la participation du réseau de radios rurales communautaires (URAC), le CCAFS estime que deux millions de personnes ont eu accès aux informations climatiques (IC), les ont utilisées entièrement ou partiellement et que cela a eu un impact sur leur pratiques agricoles.
  • 2

    Ndiaye O, Moussa AS, Seck M, Zougmore R, Hansen J. 2013. Communicating seasonal forecasts to farmers in Kaffrine, Senegal for better agricultural management. Dublin, Ireland: Irish Aid.

    http://www.mrfcj.org/pdf/case-studies/2013-04-16-Senegal.pdf Notre projet d’explication des prévisions saisonnières aux agriculteurs du Centre du Sénégal a jeté un pont entre les prévisions scientifiques et les connaissances traditionnelles. Il a aidé les agriculteurs à comprendre et utiliser les prévisions saisonnières pour améliorer leurs stratégies agricoles, et leur a permis d’expliquer aux météorologues les informations climatiques saisonnières dont ils avaient le plus besoin, ce qui a eu pour effet d’améliorer l’utilité des prévisions.

Bienvenueàl’agriculture intelligente face au climat 101

déroulez pour découvrir

Ce site vous ouvre la porte de l’agriculture intelligente face au climat. Il vous aidera à vous lancer et vous accompagnera dans la mise en œuvre sur le terrain, en vous donnant accès à toutes les ressources avec lesquelles vous devez vous familiariser davantage.

déroulez pour commencer

CCAFS Agriculture intelligente face au climat 101

Notions élémentaires

L’agriculture intelligente face au climat (AIC) est une approche intégrée destinée à relever les défis interdépendants de la sécurité alimentaire et des changements climatiques, qui vise explicitement trois objectifs :

A. accroître durablement la productivité agricole afin de favoriser des augmentations équitables des revenus agricoles, la sécurité alimentaire et le développement ;

B. adapter et renforcer la résilience des systèmes agricoles et de sécurité alimentaire aux changements climatiques à plusieurs niveaux ; et

C. réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture (notamment la production végétale, l’élevage et la pêche).

Points d’entrée

L’agriculture affecte et est affectée par les changements climatiques de plusieurs manières et il existe de nombreux points d’entrée pour le lancement des programmes d’AIC ou la mise à échelle des activités existantes. La productivité, l’atténuation et l’adaptation peuvent avoir lieu à des niveaux technologiques, organisationnels, institutionnels et politiques différents. Afin de vous aider à explorer cette multitude de points d’entrée, nous les avons répartis en trois domaines thématiques : i) les pratiques d’AIC ; ii) les approches par systèmes de l’AIC ; et iii) des environnements propices à l’AIC. Chaque point d’entrée est ensuite décrit et analysé en termes de productivité, d’adaptation et de potentiel d’atténuation et est illustré par des études de cas, des références et des liens Internet pour de plus amples informations.

Élaborer un plan d’AIC

La planification des projets et programmes d’AIC, ainsi que leurs mise en œuvre et suivi s’articulent autour des questions de compréhension du contexte, notamment l’identification des principaux problèmes/obstacles et opportunités liés à l’orientation du projet/programme ; l’élaboration et la hiérarchisation de solutions, et la conception de plans ; la mise en œuvre ; et le suivi-évaluation. La plupart des grands organismes de développement disposent de leur propre cadre pour l’élaboration et la gestion des projets et programmes. Cependant, le CCAFS a mis au point une approche spécifique pour la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des projets et programmes d’AIC, appelée Plan de l’AIC. Ce plan vise à orienter la planification, la mise en œuvre et le suivi de l’AIC à grande échelle. Le Plan de l’AIC comprend quatre principaux éléments, à savoir : 1) l’Analyse de situation ; 2) le ciblage et la hiérarchisation ; 3) l’appui au programme ; et 4) le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Financement

Un certain nombre de sources de financement potentielles sont disponibles pour aider à réaliser les objectifs de l’AIC, notamment le développement agricole, la sécurité alimentaire, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. Les sources de financement des interventions relatives au climat peuvent servir, par exemple, à mobiliser un financement pour l’agriculture et intégrer les changements climatiques dans les investissements agricoles. La présente section donne un aperçu des sources de financement potentielles pour les activités d’agriculture intelligente face au climat (AIC) aux niveaux national, régional et international, ainsi que pour différents « clients » potentiels tels que les gouvernements, la société civile, les organisations de développement et d’autres entités. En outre, elle donne des pistes de solutions pour la recherche de financement parmi une gamme d’opportunités, en fonction du domaine d’intervention, du secteur et de l’instrument de financement de l’AIC.

Bibliothèque de ressources

Le Guide de l’AIC propose une présentation brève et concise des multiples aspects de l’agriculture intelligente face au climat. Dans le même temps, il indique les liens permettant d’accéder aux références et autres ressources clés qui vous aideront à approfondir vos recherches et mieux comprendre les sujets spécifiques qui vous intéressent. Dans la bibliothèque de ressources, nous avons rassemblé toutes les références, ressources clés, termes et questions dans une section unique afin d’en donner un bref aperçu et de les rendre facilement accessibles. Cette section peut être utilisée comme une partie ou indépendamment des autres sections du site Web. La bibliothèque de ressources est répartie en six sections à savoir : 1) les Références – liste de tous les publications, liens et blogs auxquels il est fait référence sur le site Web ; 2) les Outils – liste tous les outils de l’AIC présentés sur le site Web ; 3) les Termes clés – explications des termes les plus importants et les plus fréquemment utilisés concernant l’AIC ; 4) la Foire aux questions (FAQ) – qui donne un bref aperçu des questions les plus fréquemment posées concernant l’agriculture intelligente face au climat ; 5) la section « À propos de ce site » – où vous pouvez obtenir davantage d’informations sur le but et la structure du site Web, ainsi que sur les organisations et les auteurs qui se cachent derrière le site ; et 6) notre Contact.

Local case studies

Filtrer par points d’entrée

search