Programme CARPE du paysage Salonga-Lukeni-SankuruRepublique Democratique du Congo

Contexte 1 2 3

Les forêts du Bassin du Congo constituent le deuxième plus grand massif de forêt tropicale au monde, après l’Amazonie. Ces forêts qui constituent un énorme puits de carbone, sont extrêmement riches en flore et en faune, et abritent plus de 30 millions de personnes. Cependant, l’utilisation des ressources et des services d’origine écosystémique pour soutenir le développement des moyens d’existence et de l’économie exerce une pression croissante sur les forêts. Au nombre des conséquences du déboisement et de la dégradation des forêts figurent la fragmentation des forêts – qui a des conséquences négatives pour la biodiversité – et l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Une approche paysagère permet de promouvoir la connectivité et de favoriser les interactions positives, d’accroître la richesse en termes d’espèces et d’améliorer l’adéquation des habitats, ainsi que de s’attaquer à certains des facteurs de la déforestation et de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Le Programme régional pour l’environnement en Afrique centrale (CARPE) est un programme régional du Bassin du Congo d’une durée de 25 années financé par l’USAID. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) dirige toutes les activités du CARPE dans le paysage Salonga-Lukeni-Sankuru (SLS), en collaboration avec les comités locaux de gestion au niveau villageois et plus de quinze partenaires basés dans cinq villes du paysage SLS en République démocratique du Congo. La vision du CARPE pour le paysage SLS consiste à maintenir de vastes zones de forêts intactes dans le paysage et à veiller à la conservation de la biodiversité tout en favorisant le bien-être humain.

Contributions à l’AIC

Certaines des activités du CARPE-SLS sont axées sur les besoins de subsistance et de sécurité alimentaire. Par exemple, les activités concernent notamment les pratiques de pêche durables, l’élevage de porcs et de poulets, et les pratiques agricoles durables qui réduisent la déforestation tout en augmentant la productivité de l’arachide, du niébé, du riz, des haricots et du maïs. L’objectif consiste à réduire des activités illégales telles que le braconnage et la chasse au gibier, ainsi que la pression humaine d’une manière générale sur le paysage SLS, grâce à l’amélioration des moyens d’existence. La préservation de la forêt offre une énorme possibilité d’atténuer les changements climatiques dans le monde.

Impacts et leçons apprises

À ce jour, le CARPE pour le paysage SLS a atteint plusieurs objectifs en termes de conservation, de moyens d’existence et de développement. Pour aller de l’avant, il faudra renforcer les capacités de mise en œuvre, améliorer les données pour la planification, maintenir l’engagement des nombreuses parties prenantes et mobiliser davantage de ressources pour les activités liées au paysage.

References

  • 1

    Minang PA, van Noordwijk M, Freeman OE, Mbow C, de Leeuw J, Catacutan D, (Eds.). 2015. Climate-Smart Landscapes: Multifunctionality in Practices. Nairobi, Kenya: World Agroforestry Centre (ICRAF).

    http://theredddesk.org/sites/default/files/resources/pdf/climate-smart_landscapes.pdf Les approches paysagères offrent des opportunités de développement durable en favorisant des synergies entre les objectifs multiples dans les paysages (c’est-à-dire sociaux, économiques et environnementaux). Elles remettent en cause le concept de spécialisation « un lieu, une fonction » qui considère les sphères de l’agriculture, de la forêt et de la ville comme des « silos ». À la lumière de nombreuses études de cas provenant essentiellement des régions tropicales humides, subhumides et sèches à travers le monde, ce livre présente des connaissances directement applicables, tout en mettant en évidence les questions clés qui appellent des travaux supplémentaires. Élaboré à l’intention des chercheurs, des praticiens et des décideurs politiques, il lie la théorie à la pratique. S’appuyant sur des concepts présentés dans les volumes antérieurs, cet ouvrage explore quatre principales propositions sur des approches paysagères intelligentes face au climat et multifonctionnelles : A. les paysages actuels constituent un élément sous-optimal d’un ensemble de configurations paysagères réalisables au niveau local ; B. les acteurs et les interactions peuvent pousser les paysages vers des arbitrages mieux gérés dans l’ensemble des configurations réalisables, grâce à l’engagement, aux investissements et aux interventions ; C. le climat est l’une des nombreuses conditions aux limites pour le fonctionnement du paysage ; D. les théories du changement doivent être intégrées dans les théories de lieu pour un engagement spécifique au lieu.
  • 2

    Yanggen D, Angu K, Tchamou N, (Eds.). 2010. Landscape-scale conservation in the Congo Basin: Lessons learned from CARPE. Gland, Switzerland: IUCN.

    https://www.iucn.org/fr/propos/union/secretariat/bureaux/paco/programmes/paco_forest/thematiques_et_projets/central_african_regional_program_for_the_environment__carpe__/lessons_learned_from_the_carpe/ Ce chapitre introductif présente la structure d’une série d’études de cas relatives au Programme régional pour l’environnement en Afrique centrale (CARPE).
  • 3

    de Marcken P. 2014. CARPE II and III: WWF landscape programs. Washington, DC: Presentation during CARPE partners meeting, January 27-28, 2014.

    http://carpe.umd.edu/resources/Meeting_pres/WWF_landscapes_01272014.pdf Cette source est une sélection de diapositives tirées d’une présentation faite par Paya de Marcken du WWF en 2014 concernant les Programmes CARPE II et III du WWF sur les paysages.

Bienvenueàl’agriculture intelligente face au climat 101

déroulez pour découvrir

Ce site vous ouvre la porte de l’agriculture intelligente face au climat. Il vous aidera à vous lancer et vous accompagnera dans la mise en œuvre sur le terrain, en vous donnant accès à toutes les ressources avec lesquelles vous devez vous familiariser davantage.

déroulez pour commencer

CCAFS Agriculture intelligente face au climat 101

Notions élémentaires

L’agriculture intelligente face au climat (AIC) est une approche intégrée destinée à relever les défis interdépendants de la sécurité alimentaire et des changements climatiques, qui vise explicitement trois objectifs :

A. accroître durablement la productivité agricole afin de favoriser des augmentations équitables des revenus agricoles, la sécurité alimentaire et le développement ;

B. adapter et renforcer la résilience des systèmes agricoles et de sécurité alimentaire aux changements climatiques à plusieurs niveaux ; et

C. réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture (notamment la production végétale, l’élevage et la pêche).

Points d’entrée

L’agriculture affecte et est affectée par les changements climatiques de plusieurs manières et il existe de nombreux points d’entrée pour le lancement des programmes d’AIC ou la mise à échelle des activités existantes. La productivité, l’atténuation et l’adaptation peuvent avoir lieu à des niveaux technologiques, organisationnels, institutionnels et politiques différents. Afin de vous aider à explorer cette multitude de points d’entrée, nous les avons répartis en trois domaines thématiques : i) les pratiques d’AIC ; ii) les approches par systèmes de l’AIC ; et iii) des environnements propices à l’AIC. Chaque point d’entrée est ensuite décrit et analysé en termes de productivité, d’adaptation et de potentiel d’atténuation et est illustré par des études de cas, des références et des liens Internet pour de plus amples informations.

Élaborer un plan d’AIC

La planification des projets et programmes d’AIC, ainsi que leurs mise en œuvre et suivi s’articulent autour des questions de compréhension du contexte, notamment l’identification des principaux problèmes/obstacles et opportunités liés à l’orientation du projet/programme ; l’élaboration et la hiérarchisation de solutions, et la conception de plans ; la mise en œuvre ; et le suivi-évaluation. La plupart des grands organismes de développement disposent de leur propre cadre pour l’élaboration et la gestion des projets et programmes. Cependant, le CCAFS a mis au point une approche spécifique pour la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des projets et programmes d’AIC, appelée Plan de l’AIC. Ce plan vise à orienter la planification, la mise en œuvre et le suivi de l’AIC à grande échelle. Le Plan de l’AIC comprend quatre principaux éléments, à savoir : 1) l’Analyse de situation ; 2) le ciblage et la hiérarchisation ; 3) l’appui au programme ; et 4) le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Financement

Un certain nombre de sources de financement potentielles sont disponibles pour aider à réaliser les objectifs de l’AIC, notamment le développement agricole, la sécurité alimentaire, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. Les sources de financement des interventions relatives au climat peuvent servir, par exemple, à mobiliser un financement pour l’agriculture et intégrer les changements climatiques dans les investissements agricoles. La présente section donne un aperçu des sources de financement potentielles pour les activités d’agriculture intelligente face au climat (AIC) aux niveaux national, régional et international, ainsi que pour différents « clients » potentiels tels que les gouvernements, la société civile, les organisations de développement et d’autres entités. En outre, elle donne des pistes de solutions pour la recherche de financement parmi une gamme d’opportunités, en fonction du domaine d’intervention, du secteur et de l’instrument de financement de l’AIC.

Bibliothèque de ressources

Le Guide de l’AIC propose une présentation brève et concise des multiples aspects de l’agriculture intelligente face au climat. Dans le même temps, il indique les liens permettant d’accéder aux références et autres ressources clés qui vous aideront à approfondir vos recherches et mieux comprendre les sujets spécifiques qui vous intéressent. Dans la bibliothèque de ressources, nous avons rassemblé toutes les références, ressources clés, termes et questions dans une section unique afin d’en donner un bref aperçu et de les rendre facilement accessibles. Cette section peut être utilisée comme une partie ou indépendamment des autres sections du site Web. La bibliothèque de ressources est répartie en six sections à savoir : 1) les Références – liste de tous les publications, liens et blogs auxquels il est fait référence sur le site Web ; 2) les Outils – liste tous les outils de l’AIC présentés sur le site Web ; 3) les Termes clés – explications des termes les plus importants et les plus fréquemment utilisés concernant l’AIC ; 4) la Foire aux questions (FAQ) – qui donne un bref aperçu des questions les plus fréquemment posées concernant l’agriculture intelligente face au climat ; 5) la section « À propos de ce site » – où vous pouvez obtenir davantage d’informations sur le but et la structure du site Web, ainsi que sur les organisations et les auteurs qui se cachent derrière le site ; et 6) notre Contact.

Local case studies

Filtrer par points d’entrée

search