Cartographie de l’influence des parties prenantes à plusieurs niveaux : visualisation des rapports de force entre les différents niveaux d’acteurs dans le régime d’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques du NépalNepal, Asie du Sud et Ghana

Contexte 1

Cette étude de cas concerne la recherche menée par le Programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS). Dans le cadre des travaux de recherche, une méthodologie pour la Cartographie de l’influence des parties prenantes à plusieurs niveaux (MSIM), qui met en lumière les rapports de force qui existent entre les acteurs dans les régimes faits de systèmes complexes, a été élaborée. La MSIM, qui repose sur des entretiens individuels avec plusieurs niveaux d’acteurs, suit un processus participatif pour la critique des limites des systèmes partagés. Elle a été expérimentée dans le cadre du régime d’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques du Népal avec des acteurs des niveaux opérationnels central, régional et local.

Lien avec l’AIC

Si l’on ne tient pas dûment compte du rôle que joue le pouvoir dans la facilitation et l’empêchement de l’adaptation de l’agriculture, les interventions peuvent avoir du mal à déclencher les stratégies d’adaptation et à atténuer les impacts négatifs des changements climatiques. En outre, les analyses de pouvoirs générées selon le point de vue d’un seul niveau d’acteurs ou type de sondés comportent un risque de sous-optimisation des résultats en termes d’adaptation fondés sur l’AIC et peuvent détourner les efforts de pression des organismes qui utilisent les produits de la cartographie.

L’outil de cartographie des pouvoirs MSIM est utile pour explorer les dimensions de pouvoir et les rapports de force avant de s’engager dans n’importe quel projet d’AIC – qu’il s’agisse de l’orientation des politiques nationales ou d’un travail communautaire. Par exemple, il a été utilisé aux étapes préparatoires pour les processus d’élaboration de scénarios dans le cadre de l’Étude de cas 1.

Impacts et leçons apprises

L’outil de cartographie des pouvoirs MSIM a été utilisé avec succès pour identifier les participants indiqués pour un processus de conception de politiques à plusieurs niveaux au Ghana, pour la création d’un nouveau réseau de parties prenantes au Népal et pour l’élaboration de politiques axées sur des scénarios en Asie du Sud-Est.

L’une des principales leçons apprises a été que la cartographie des pouvoirs permet d’identifier les acteurs puissants, mais « marginalisés », notamment les commerçants ou les autorités locales, qui peuvent faciliter les principaux processus d’adaptation, mais qui ne sont pas reconnus par les acteurs et les institutions au niveau central. En définitive, si l’on ne tient pas dûment compte du rôle que joue le pouvoir dans les programmes d’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques, les interventions qui en résultent risquent d’être insuffisantes – et potentiellement contradictoires – pour atténuer les effets négatifs des changements climatiques, ainsi que très contestées, moins équitables et finalement moins durables et efficaces. Une leçon connexe est que pour être efficace, la cartographie des pouvoirs doit être à plusieurs niveaux et multidimensionnelle. La cartographie des pouvoirs permet de combler les écarts de pouvoir entre les niveaux de gouvernance, en veillant à ce que les puissants et les faibles participent aux processus et permet d’éviter la récupération politique dans l’élaboration des stratégies et plans.

References

  • 1

    Sova CA et al. 2015a. Multi-level Stakeholder Influence Mapping: Visualizing Power Relations Across Actor Levels in Nepal’s Agricultural Climate Change Adaptation Regime. Systemic Practice and Action Research 28(4):383-409.

    http://dx.doi.org/10.1007/s11213-014-9335-y La question du dépositaire du pouvoir et de la manière dont le pouvoir est conçu dans les études de la gouvernance et des institutions n’est souvent pas abordée. Ceci est dû au caractère omniprésent du sujet. Le pouvoir est façonné par divers facteurs institutionnels, notamment l’architecture des structures dirigeantes, les questions d’échelle et de niveau, et l’accès aux principales ressources, y compris le savoir et le capital. Il existe, à l’heure actuelle, relativement peu d’outils permettant aux décideurs, aux chercheurs et aux praticiens du développement de rendre explicites ces dynamiques du pouvoir et, partant, de prendre des mesures pour atténuer les effets potentiellement nocifs des orientations de pouvoir. Ce document propose une méthodologie – la cartographie de l’influence des parties prenantes à plusieurs niveaux (multi-level stakeholder influence mapping) (MSIM) – pour élucider la dynamique du pouvoir entre les acteurs dans les régimes de systèmes complexes. La MSIM diffère des techniques de cartographie du pouvoir existantes en ce sens qu’elle repose sur des entretiens individuels organisés avec les acteurs à plusieurs niveaux et utilise un processus de cartographie participative pour la critique des limites du système partagé. Elle a été expérimentée dans le cadre du régime d’adaptation aux changements climatiques de l’agriculture du Népal avec les acteurs des niveaux opérationnels central, régional et local. Les résultats indiquent que, sans tenir dûment compte du rôle du pouvoir dans les régimes d’adaptation agricole, les interventions qui en résulteront pourraient être insuffisantes pour servir d’élément catalyseur aux stratégies d’adaptation et atténuer les effets négatifs des changements climatiques. En outre, les analyses de pouvoir produites sous l’angle d’un seul niveau d’acteur ou de type de sondé risquent de se solder par des résultats d’adaptation sous-optimaux et peuvent détourner les efforts de pression des organismes qui utilisent les résultats de la cartographie.

Bienvenueàl’agriculture intelligente face au climat 101

déroulez pour découvrir

Ce site vous ouvre la porte de l’agriculture intelligente face au climat. Il vous aidera à vous lancer et vous accompagnera dans la mise en œuvre sur le terrain, en vous donnant accès à toutes les ressources avec lesquelles vous devez vous familiariser davantage.

déroulez pour commencer

CCAFS Agriculture intelligente face au climat 101

Notions élémentaires

L’agriculture intelligente face au climat (AIC) est une approche intégrée destinée à relever les défis interdépendants de la sécurité alimentaire et des changements climatiques, qui vise explicitement trois objectifs :

A. accroître durablement la productivité agricole afin de favoriser des augmentations équitables des revenus agricoles, la sécurité alimentaire et le développement ;

B. adapter et renforcer la résilience des systèmes agricoles et de sécurité alimentaire aux changements climatiques à plusieurs niveaux ; et

C. réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture (notamment la production végétale, l’élevage et la pêche).

Points d’entrée

L’agriculture affecte et est affectée par les changements climatiques de plusieurs manières et il existe de nombreux points d’entrée pour le lancement des programmes d’AIC ou la mise à échelle des activités existantes. La productivité, l’atténuation et l’adaptation peuvent avoir lieu à des niveaux technologiques, organisationnels, institutionnels et politiques différents. Afin de vous aider à explorer cette multitude de points d’entrée, nous les avons répartis en trois domaines thématiques : i) les pratiques d’AIC ; ii) les approches par systèmes de l’AIC ; et iii) des environnements propices à l’AIC. Chaque point d’entrée est ensuite décrit et analysé en termes de productivité, d’adaptation et de potentiel d’atténuation et est illustré par des études de cas, des références et des liens Internet pour de plus amples informations.

Élaborer un plan d’AIC

La planification des projets et programmes d’AIC, ainsi que leurs mise en œuvre et suivi s’articulent autour des questions de compréhension du contexte, notamment l’identification des principaux problèmes/obstacles et opportunités liés à l’orientation du projet/programme ; l’élaboration et la hiérarchisation de solutions, et la conception de plans ; la mise en œuvre ; et le suivi-évaluation. La plupart des grands organismes de développement disposent de leur propre cadre pour l’élaboration et la gestion des projets et programmes. Cependant, le CCAFS a mis au point une approche spécifique pour la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des projets et programmes d’AIC, appelée Plan de l’AIC. Ce plan vise à orienter la planification, la mise en œuvre et le suivi de l’AIC à grande échelle. Le Plan de l’AIC comprend quatre principaux éléments, à savoir : 1) l’Analyse de situation ; 2) le ciblage et la hiérarchisation ; 3) l’appui au programme ; et 4) le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Financement

Un certain nombre de sources de financement potentielles sont disponibles pour aider à réaliser les objectifs de l’AIC, notamment le développement agricole, la sécurité alimentaire, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. Les sources de financement des interventions relatives au climat peuvent servir, par exemple, à mobiliser un financement pour l’agriculture et intégrer les changements climatiques dans les investissements agricoles. La présente section donne un aperçu des sources de financement potentielles pour les activités d’agriculture intelligente face au climat (AIC) aux niveaux national, régional et international, ainsi que pour différents « clients » potentiels tels que les gouvernements, la société civile, les organisations de développement et d’autres entités. En outre, elle donne des pistes de solutions pour la recherche de financement parmi une gamme d’opportunités, en fonction du domaine d’intervention, du secteur et de l’instrument de financement de l’AIC.

Bibliothèque de ressources

Le Guide de l’AIC propose une présentation brève et concise des multiples aspects de l’agriculture intelligente face au climat. Dans le même temps, il indique les liens permettant d’accéder aux références et autres ressources clés qui vous aideront à approfondir vos recherches et mieux comprendre les sujets spécifiques qui vous intéressent. Dans la bibliothèque de ressources, nous avons rassemblé toutes les références, ressources clés, termes et questions dans une section unique afin d’en donner un bref aperçu et de les rendre facilement accessibles. Cette section peut être utilisée comme une partie ou indépendamment des autres sections du site Web. La bibliothèque de ressources est répartie en six sections à savoir : 1) les Références – liste de tous les publications, liens et blogs auxquels il est fait référence sur le site Web ; 2) les Outils – liste tous les outils de l’AIC présentés sur le site Web ; 3) les Termes clés – explications des termes les plus importants et les plus fréquemment utilisés concernant l’AIC ; 4) la Foire aux questions (FAQ) – qui donne un bref aperçu des questions les plus fréquemment posées concernant l’agriculture intelligente face au climat ; 5) la section « À propos de ce site » – où vous pouvez obtenir davantage d’informations sur le but et la structure du site Web, ainsi que sur les organisations et les auteurs qui se cachent derrière le site ; et 6) notre Contact.

Local case studies

Filtrer par points d’entrée

search