Gestion intégrée de la fertilité des sols (GIFS)Afrique

Contexte 1 2

Les principes qui régissent l’approche de la Gestion intégrée de la fertilité des sols (GIFS) sont présentés ci-dessous.

  • Ni les pratiques axées uniquement sur les engrais minéraux ni celles qui reposent sur la gestion de la matière organique uniquement ne suffisent à assurer une production agricole durable.
  • Du matériel génétique parfaitement adapté, qui résiste aux maladies et aux ravageurs, est nécessaire pour utiliser efficacement les nutriments disponibles.
  • De bonnes pratiques agronomiques – en termes de dates de plantation, de densité de plantation et de désherbage – sont essentielles pour assurer l’utilisation efficace des maigres ressources en nutriments.

Outre ces principes, la GIFS reconnaît la nécessité de cibler les ressources en nutriments dans les cycles de rotation des cultures, de préférence en intégrant les légumineuses, allant ainsi au-delà des recommandations en faveur de cultures pures.

Lien avec l’AIC

L’adoption réussie de la GIFS améliore considérablement la productivité. En outre, on observe souvent un effet synergique positif entre les intrants organiques et inorganiques. Il s’ensuit une amélioration considérable de l’efficacité de l’utilisation des précipitations. La GIFS préconise des choix stratégiques concernant le moment et le placement dans l’administration des engrais en utilisant des engrais azotés inorganiques, souvent à des taux nettement plus faibles que les recommandations fondées sur l’utilisation d’engrais inorganiques uniquement. Ceci contribue à l’atténuation grâce à la réduction des émissions d’oxyde nitreux.

Impacts et leçons apprises

La GIFS fait l’objet d’une large promotion en Afrique. À titre d’exemple, au Malawi, environ 30 000 agriculteurs, ainsi que plusieurs centaines d’associations paysannes et de vulgarisateurs agricoles ont été initiés aux techniques de GIFS (Nyasimi et al. 2014 3). Toutefois, son adoption généralisée nécessite la création d’un cadre propice, notamment :

  • des gouvernements qui facilitent les importations d’engrais ;
  • un service de vulgarisation efficace, capable de mettre cette technologie à la disposition des agriculteurs ; et
  • des négociants agricoles privés dynamiques qui fournissent et distribuent efficacement les engrais et les semences.

En outre, la GIFS reconnaît la nécessité d’une « adaptation locale » pour favoriser l’adoption à grande échelle. Ceci est d’autant plus nécessaire que les exploitations agricoles diffèrent les unes des autres. Chaque exploitation se distingue des autres en termes d’objectifs de l’agriculteur, de superficie, de disponibilité de main-d’œuvre, de possession de bétail, d’importance du revenu non agricole, ainsi que de quantité de moyens de production tels que l’argent, les résidus de cultures et le fumier que les familles peuvent investir dans leur exploitation.

References

  • 1

    Sanginga N, Woomer PL, (Eds.). 2009. Integrated Soil Fertility Management in Africa: Principles, Practices and Developmental Process. Nairobi, Kenya: TSBF-CIAT.

    http://agrilinks.org/sites/default/files/resource/files/integrated_soil_fertility.pdf L’objectif de ce livre n’est pas simplement d’améliorer la compréhension de la gestion de la fertilité des sols en Afrique, mais de le faire d’une manière proactive qui en appelle à l’action. Cet ouvrage décrit non seulement les principes et pratiques d’une meilleure gestion de la fertilité des sols et du maintien de la productivité des cultures en Afrique, mais également les processus de développement nécessaires pour propulser la GIFS dans des programmes de développement et environnementaux plus larges. Non seulement il permet de compiler le savoir scientifique actuel concernant la gestion de la fertilité des sols à l’intention des chercheurs et d’éducateurs agricoles, mais il se veut également une publication croisée à l’intention des décideurs, des spécialistes du développement et des gestionnaires de projets ruraux, à un moment où le continent doit faire face aux défis posés par les pénuries alimentaires et la dégradation continue de ses ressources agricoles. Il y a lieu d’espérer que cet ouvrage contribuera à une application plus efficace et plus généralisée des approches et techniques de GIFS, ce qui débouchera sur une agriculture plus productive et durable, l’amélioration de la sécurité alimentaire des ménages et des régions et l’augmentation des revenus des petits agriculteurs.
  • 2

    Fairhurst T, (Ed.). 2012. Handbook for Integrated Soil Fertility Management. Pondicherry, India: Africa Soil Health Consortium.

    http://www.tropcropconsult.com/downloads_files/Fairhurst2012.pdf Ce livre est destiné à la formation des vulgarisateurs sur les techniques de gestion de la fertilité des sols en ASS, ainsi qu’aux acteurs du développement rural désireux d’en savoir plus sur les principes et pratiques de la GIFS. Il s’agit également d’un guide utile pour la GIFS à l’intention d’organisations éducatives telles que les universités et les instituts techniques, des organisations impliquées dans l’élaboration de politiques relatives à l’agriculture et au développement rural qui ont besoin de références concernant les techniques de GIFS, ainsi que d’autres organisations gouvernementales et non gouvernementales souhaitant appliquer la GIFS.
  • 3

    Nyasimi M, Amwata D, Hove L, Kinyangi J, Wamukoya G. 2014. Evidence of Impact: Climate-Smart Agriculture in Africa. CCAFS Working Paper no. 86. Copenhagen, Denmark: CGIAR Research Program on Climate Change, Agriculture and Food Security (CCAFS).

    https://cgspace.cgiar.org/rest/bitstreams/35815/retrieve La vulnérabilité de l’agriculture africaine aux changements climatiques est complexe. Elle est façonnée par des processus biophysiques, économiques, socioculturels, géographiques, écologiques, institutionnels, technologiques et de gouvernance qui interagissent de manière complexe et peuvent, ensemble, réduire la capacité d’adaptation des agriculteurs. Les femmes agriculteurs disposant de peu de ressources sont particulièrement vulnérables. Ce document de travail met en évidence l’éventail de stratégies d’adaptation qui existe dans les divers systèmes agricoles et conditions climatiques de l’Afrique. Ces stratégies peuvent donner l’impulsion nécessaire à la transformation de l’agriculture africaine. Les études de cas indiquent comment les agriculteurs s’adaptent déjà aux changements climatiques, quels types et niveaux d’investissement sont nécessaires, et quel est le leadership local et national nécessaire pour promouvoir l’adoption et la mise à échelle. En règle générale, les études de cas réussies se définissent comme étant celles qui identifient, expérimentent et mettent en œuvre les pratiques et institutions de l’agriculture intelligente face au climat (AIC), luttent contre les impacts des changements climatiques et assurent le retour sur investissement le plus élevé. Ces pratiques de l’AIC offrent les meilleures chances de sécurité alimentaire et comportent de nombreux autres avantages pour la population africaine à long terme.

Bienvenueàl’agriculture intelligente face au climat 101

déroulez pour découvrir

Ce site vous ouvre la porte de l’agriculture intelligente face au climat. Il vous aidera à vous lancer et vous accompagnera dans la mise en œuvre sur le terrain, en vous donnant accès à toutes les ressources avec lesquelles vous devez vous familiariser davantage.

déroulez pour commencer

CCAFS Agriculture intelligente face au climat 101

Notions élémentaires

L’agriculture intelligente face au climat (AIC) est une approche intégrée destinée à relever les défis interdépendants de la sécurité alimentaire et des changements climatiques, qui vise explicitement trois objectifs :

A. accroître durablement la productivité agricole afin de favoriser des augmentations équitables des revenus agricoles, la sécurité alimentaire et le développement ;

B. adapter et renforcer la résilience des systèmes agricoles et de sécurité alimentaire aux changements climatiques à plusieurs niveaux ; et

C. réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture (notamment la production végétale, l’élevage et la pêche).

Points d’entrée

L’agriculture affecte et est affectée par les changements climatiques de plusieurs manières et il existe de nombreux points d’entrée pour le lancement des programmes d’AIC ou la mise à échelle des activités existantes. La productivité, l’atténuation et l’adaptation peuvent avoir lieu à des niveaux technologiques, organisationnels, institutionnels et politiques différents. Afin de vous aider à explorer cette multitude de points d’entrée, nous les avons répartis en trois domaines thématiques : i) les pratiques d’AIC ; ii) les approches par systèmes de l’AIC ; et iii) des environnements propices à l’AIC. Chaque point d’entrée est ensuite décrit et analysé en termes de productivité, d’adaptation et de potentiel d’atténuation et est illustré par des études de cas, des références et des liens Internet pour de plus amples informations.

Élaborer un plan d’AIC

La planification des projets et programmes d’AIC, ainsi que leurs mise en œuvre et suivi s’articulent autour des questions de compréhension du contexte, notamment l’identification des principaux problèmes/obstacles et opportunités liés à l’orientation du projet/programme ; l’élaboration et la hiérarchisation de solutions, et la conception de plans ; la mise en œuvre ; et le suivi-évaluation. La plupart des grands organismes de développement disposent de leur propre cadre pour l’élaboration et la gestion des projets et programmes. Cependant, le CCAFS a mis au point une approche spécifique pour la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des projets et programmes d’AIC, appelée Plan de l’AIC. Ce plan vise à orienter la planification, la mise en œuvre et le suivi de l’AIC à grande échelle. Le Plan de l’AIC comprend quatre principaux éléments, à savoir : 1) l’Analyse de situation ; 2) le ciblage et la hiérarchisation ; 3) l’appui au programme ; et 4) le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Financement

Un certain nombre de sources de financement potentielles sont disponibles pour aider à réaliser les objectifs de l’AIC, notamment le développement agricole, la sécurité alimentaire, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. Les sources de financement des interventions relatives au climat peuvent servir, par exemple, à mobiliser un financement pour l’agriculture et intégrer les changements climatiques dans les investissements agricoles. La présente section donne un aperçu des sources de financement potentielles pour les activités d’agriculture intelligente face au climat (AIC) aux niveaux national, régional et international, ainsi que pour différents « clients » potentiels tels que les gouvernements, la société civile, les organisations de développement et d’autres entités. En outre, elle donne des pistes de solutions pour la recherche de financement parmi une gamme d’opportunités, en fonction du domaine d’intervention, du secteur et de l’instrument de financement de l’AIC.

Bibliothèque de ressources

Le Guide de l’AIC propose une présentation brève et concise des multiples aspects de l’agriculture intelligente face au climat. Dans le même temps, il indique les liens permettant d’accéder aux références et autres ressources clés qui vous aideront à approfondir vos recherches et mieux comprendre les sujets spécifiques qui vous intéressent. Dans la bibliothèque de ressources, nous avons rassemblé toutes les références, ressources clés, termes et questions dans une section unique afin d’en donner un bref aperçu et de les rendre facilement accessibles. Cette section peut être utilisée comme une partie ou indépendamment des autres sections du site Web. La bibliothèque de ressources est répartie en six sections à savoir : 1) les Références – liste de tous les publications, liens et blogs auxquels il est fait référence sur le site Web ; 2) les Outils – liste tous les outils de l’AIC présentés sur le site Web ; 3) les Termes clés – explications des termes les plus importants et les plus fréquemment utilisés concernant l’AIC ; 4) la Foire aux questions (FAQ) – qui donne un bref aperçu des questions les plus fréquemment posées concernant l’agriculture intelligente face au climat ; 5) la section « À propos de ce site » – où vous pouvez obtenir davantage d’informations sur le but et la structure du site Web, ainsi que sur les organisations et les auteurs qui se cachent derrière le site ; et 6) notre Contact.

Local case studies

Filtrer par points d’entrée

search