Financement du carbone pour la restauration des champs de cultureKenya

En janvier 2014, certains des agriculteurs les plus pauvres du Kenya sont devenus les premiers au monde à bénéficier de crédits carbone pour une meilleure gestion de leurs terres. Le Projet de carbone agricole du Kenya cible des zones de l’Ouest du pays où les terres arables se raréfient et deviennent moins productives, ce qui fait que les agriculteurs éprouvent des difficultés à subvenir aux besoins alimentaires de leurs familles. Débuté en 2007, le projet a introduit des techniques de gestion durable des terres agricoles (GDTA) pour enrichir le sol et augmenter les rendements. Celles-ci comprennent une variété de techniques et de pratiques telles que la culture avec travail du sol réduit, le compostage du fumier, la plantation d’arbres et l’ajout de légumineuses fixatrices d’azote. Ainsi, les plantes et les sols séquestrent une part plus importante du dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère. Nombre de ces pratiques assurent également la protection contre les inondations et la sécheresse, tout en augmentant la productivité. Les résultats obtenus jusqu’ici ont été très prometteurs. Les crédits carbone octroyés en 2014 ont contribué, à eux seuls, à réduire de 24 788 tonnes les émissions de dioxyde de carbone. Entre-temps, les rendements ont enregistré des augmentations de l’ordre de 15 à 20 %. Au total, ce projet profitera à 60 000 ménages exploitant 45 000 hectares de terres (World Bank 2014; 1 Neate 2013; 2 Shames et al. 2012 3).

Liens

CCAFS Big Facts - Carbon finance to restore Kenya's crop fields: https://ccafs.cgiar.org/bigfacts/#theme=evidence-of-success&subtheme=landscapes&casestudy=landscapesCs2

References

  • 1

    World Bank. 2014. Kenyans earn first ever carbon credits from sustainable farming. Press release, 21 January 2014.

    http://www.worldbank.org/en/news/press-release/2014/01/21/kenyans-earn-first-ever-carbon-credits-from-sustainable-farming NAIROBI, 21 janvier 2014 – Les petits exploitants agricoles de l’Ouest du Kenya tirent parti, à l’heure actuelle, des crédits carbone générés par l’amélioration des techniques agricoles. Il s’agit des premiers crédits délivrés au monde dans le cadre de la méthodologie de comptabilisation du carbone pour la gestion durable des terres agricoles (GDTA).
  • 2

    Neate P. 2013. Climate-smart agriculture success stories from farming communities around the world. Wageningen, Netherlands: CCAFS; Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation (CTA).

    https://cgspace.cgiar.org/rest/bitstreams/24750/retrieve Afin d’assurer la sécurité alimentaire à l’avenir, l’agriculture doit devenir résiliente au climat. Les gouvernements et les communautés du monde entier adoptent des innovations qui améliorent la vie de millions de personnes tout en réduisant l’empreinte climatique de l’agriculture. Ces exemples couronnés de succès illustrent les multiples manières dont l’agriculture intelligente face au climat peut prendre forme et devraient servir de sources d’inspiration pour les politiques et les investissements futurs.
  • 3

    Shames S, Wekesa A, Wachiye E. 2012. Institutional innovations in African smallholder carbon projects. CCAFS Report 8. Case Study: Western Kenya Smallholder Agriculture Carbon Finance project: Vi Agroforestry. Copenhagen: CCAFS.

    https://cgspace.cgiar.org/rest/bitstreams/20187/retrieve Ce document résume les enseignements tirés de six études de cas portant sur des projets de carbone agricole en Afrique et identifie les innovations institutionnelles parmi ces projets qui contribuent à la réussite à long terme des projets tout en optimisant les avantages et réduisant au minimum les risques pour les agriculteurs participants. Nous examinons l’organisation et la gestion des projets, la structure et le rôle des groupes communautaires dans les projets, les coûts et les avantages pour les gestionnaires et les agriculteurs, les stratégies de gestion des risques pour les agriculteurs, ainsi que les efforts déployés en vue d’encourager la participation des femmes. Les projets ont mis au point des systèmes organisationnels pour la gestion financière, la vulgarisation agricole et la surveillance du carbone. Toutes ces activités ont été gérées par des entités de gestion de projets, les agriculteurs mettant en application les pratiques et appuyant les systèmes de surveillance. La plupart des projets ont mobilisé les agriculteurs en petits groupes et en grappes plus grandes, ce qui a favorisé une large participation, l’efficacité dans la mise en œuvre des contrats, la communication en temps opportun, la prestation de services de vulgarisation, le partage des avantages et des activités axées sur le genre. Les paiements directs de carbone aux agriculteurs étaient faibles. Par conséquent, les projets devaient gérer minutieusement les attentes relatives aux avantages, promouvoir des systèmes d’agrégation plus efficaces et assurer des avantages non pécuniaires aux agriculteurs. La gestion de la dynamique du pouvoir au sein des groupes d’agriculteurs et entre ceux-ci a constitué un défi important pour assurer l’équité en matière de prise de décision et de participation. Des mécanismes de règlement des conflits fonciers et de partage des avantages sont également essentiels. Nous présentons les questions de recherche-action qui ont émergé de la première phase de ce travail et discutons de l’avenir de l’initiative. Les études de cas sur chacun des projets relatifs au carbone agricole d’où est tirée notre analyse peuvent être téléchargées, de même que le rapport principal.

Bienvenueàl’agriculture intelligente face au climat 101

déroulez pour découvrir

Ce site vous ouvre la porte de l’agriculture intelligente face au climat. Il vous aidera à vous lancer et vous accompagnera dans la mise en œuvre sur le terrain, en vous donnant accès à toutes les ressources avec lesquelles vous devez vous familiariser davantage.

déroulez pour commencer

CCAFS Agriculture intelligente face au climat 101

Notions élémentaires

L’agriculture intelligente face au climat (AIC) est une approche intégrée destinée à relever les défis interdépendants de la sécurité alimentaire et des changements climatiques, qui vise explicitement trois objectifs :

A. accroître durablement la productivité agricole afin de favoriser des augmentations équitables des revenus agricoles, la sécurité alimentaire et le développement ;

B. adapter et renforcer la résilience des systèmes agricoles et de sécurité alimentaire aux changements climatiques à plusieurs niveaux ; et

C. réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture (notamment la production végétale, l’élevage et la pêche).

Points d’entrée

L’agriculture affecte et est affectée par les changements climatiques de plusieurs manières et il existe de nombreux points d’entrée pour le lancement des programmes d’AIC ou la mise à échelle des activités existantes. La productivité, l’atténuation et l’adaptation peuvent avoir lieu à des niveaux technologiques, organisationnels, institutionnels et politiques différents. Afin de vous aider à explorer cette multitude de points d’entrée, nous les avons répartis en trois domaines thématiques : i) les pratiques d’AIC ; ii) les approches par systèmes de l’AIC ; et iii) des environnements propices à l’AIC. Chaque point d’entrée est ensuite décrit et analysé en termes de productivité, d’adaptation et de potentiel d’atténuation et est illustré par des études de cas, des références et des liens Internet pour de plus amples informations.

Élaborer un plan d’AIC

La planification des projets et programmes d’AIC, ainsi que leurs mise en œuvre et suivi s’articulent autour des questions de compréhension du contexte, notamment l’identification des principaux problèmes/obstacles et opportunités liés à l’orientation du projet/programme ; l’élaboration et la hiérarchisation de solutions, et la conception de plans ; la mise en œuvre ; et le suivi-évaluation. La plupart des grands organismes de développement disposent de leur propre cadre pour l’élaboration et la gestion des projets et programmes. Cependant, le CCAFS a mis au point une approche spécifique pour la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des projets et programmes d’AIC, appelée Plan de l’AIC. Ce plan vise à orienter la planification, la mise en œuvre et le suivi de l’AIC à grande échelle. Le Plan de l’AIC comprend quatre principaux éléments, à savoir : 1) l’Analyse de situation ; 2) le ciblage et la hiérarchisation ; 3) l’appui au programme ; et 4) le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Financement

Un certain nombre de sources de financement potentielles sont disponibles pour aider à réaliser les objectifs de l’AIC, notamment le développement agricole, la sécurité alimentaire, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. Les sources de financement des interventions relatives au climat peuvent servir, par exemple, à mobiliser un financement pour l’agriculture et intégrer les changements climatiques dans les investissements agricoles. La présente section donne un aperçu des sources de financement potentielles pour les activités d’agriculture intelligente face au climat (AIC) aux niveaux national, régional et international, ainsi que pour différents « clients » potentiels tels que les gouvernements, la société civile, les organisations de développement et d’autres entités. En outre, elle donne des pistes de solutions pour la recherche de financement parmi une gamme d’opportunités, en fonction du domaine d’intervention, du secteur et de l’instrument de financement de l’AIC.

Bibliothèque de ressources

Le Guide de l’AIC propose une présentation brève et concise des multiples aspects de l’agriculture intelligente face au climat. Dans le même temps, il indique les liens permettant d’accéder aux références et autres ressources clés qui vous aideront à approfondir vos recherches et mieux comprendre les sujets spécifiques qui vous intéressent. Dans la bibliothèque de ressources, nous avons rassemblé toutes les références, ressources clés, termes et questions dans une section unique afin d’en donner un bref aperçu et de les rendre facilement accessibles. Cette section peut être utilisée comme une partie ou indépendamment des autres sections du site Web. La bibliothèque de ressources est répartie en six sections à savoir : 1) les Références – liste de tous les publications, liens et blogs auxquels il est fait référence sur le site Web ; 2) les Outils – liste tous les outils de l’AIC présentés sur le site Web ; 3) les Termes clés – explications des termes les plus importants et les plus fréquemment utilisés concernant l’AIC ; 4) la Foire aux questions (FAQ) – qui donne un bref aperçu des questions les plus fréquemment posées concernant l’agriculture intelligente face au climat ; 5) la section « À propos de ce site » – où vous pouvez obtenir davantage d’informations sur le but et la structure du site Web, ainsi que sur les organisations et les auteurs qui se cachent derrière le site ; et 6) notre Contact.

Local case studies

Filtrer par points d’entrée

search