Renforcement de la capacité des petits exploitants agricoles à utiliser des systèmes d’irrigation goutte à goutte par gravité à faible coûtGlobal

Background 1

Dans un système d’irrigation goutte à goutte, l’eau est amenée sous pression par un système de canalisation au champ, où elle tombe lentement par goutte dans le sol par le biais « d’émetteurs » situés à côté de la plante, mouillant seulement la zone racinaire immédiate. Il s’agit donc d’un système d’irrigation très économe en eau, par rapport aux autres systèmes. Les économies d’eau sont dues à la réduction de la percolation profonde, du ruissellement de surface et de l’évaporation directe à partir de la surface du sol. La faiblesse de la quantité d’eau utilisée permet également de réduire la croissance de mauvaises herbes et limite le lessivage des nutriments des végétaux. Les systèmes d’irrigation goutte à goutte commerciaux à grande échelle ont un coût de démarrage élevé. Face à cette situation, des systèmes simples et peu coûteux d’irrigation goutte à goutte plus adaptés pour les petits exploitants agricoles, ont été largement promus en Afrique et en Asie (Belder et al. 2007 2, IWMI 2013 3). Ces systèmes utilisent généralement des fûts placés en hauteur ou des seaux placés un à deux mètres au-dessus du niveau du sol pour offrir la hauteur nécessaire pour la distribution de l’eau à travers des tubes de bambou ou de PVC (voir lien de SSWM ci-dessous). Dans le cadre d’une bonne gestion, les nutriments des végétaux peuvent être ajoutés à l’eau d’irrigation avant son acheminement, une méthode connue sous le nom de « fertirrigation », qui permet de mettre à disposition les nutriments à des moments et des endroits très précis, ainsi qu’en temps opportun, afin de nourrir les plantes.

Lien avec l’AIC

Lorsqu’elle est gérée efficacement, l’irrigation goutte à goutte à faible coût peut accroître de manière substantielle la productivité des cultures et des arbres pour les petits exploitants agricoles. En outre, dans les régions où une pénurie d’eau en cours ou prévue est susceptible d’avoir un impact sur le bien-être des agriculteurs, la grande efficacité de l’irrigation goutte à goutte et l’économie d’eau qu’elle assure par rapport aux autres systèmes améliorent la résilience.

Impacts et leçons apprises

Là où les systèmes d’irrigation goutte à goutte à faible coût ont fait l’objet d’une promotion à grande échelle, les études d’impact ultérieures ont révélé un taux très élevé « d’abandon » après une ou deux années (Belder et al. 2007 2, IWMI, 2013 3). Les agriculteurs ont cessé d’utiliser le système pour plusieurs raisons, mais la contrainte fondamentale était que la promotion de l’irrigation goutte à goutte n’était pas dûment appuyée par le renforcement des capacités et les conseils des services de vulgarisation. Là où des efforts ont été consentis pour former les agriculteurs, comme ce fut le cas dans le Sud de l’Inde, des résultats immédiats et positifs ont été enregistrés, notamment des économies d’eau et l’amélioration de la production (IWMI 2013). 3

References

  • 1

    Stauffer B. 2012. Drip Irrigation. Basel, Switzerland: Sustainable Sanitation and Water Management (SSWM).

    http://www.sswm.info/category/implementation-tools/water-use/hardware/optimisation-water-use-agriculture/drip-irrigation L’irrigation goutte à goutte est une technique qui consiste à faire écouler l’eau à travers un filtre dans des tuyaux d’égouttement spéciaux, avec des émetteurs situés à des intervalles différents. L’eau est distribuée par les émetteurs directement dans le sol près des racines grâce à un dispositif spécial à libération lente. Pour autant que le système d’irrigation goutte à goutte soit bien conçu, installé et géré, cette technique peut contribuer à la conservation de l’eau en réduisant l’évaporation et le drainage profond. Contrairement à d’autres types de systèmes d’irrigation tels que l’irrigation par submersion ou l’aspersion en hauteur, l’irrigation goutte à goutte permet d’appliquer l’eau avec plus de précision sur les racines des plantes. Cette technique permet également d’éliminer de nombreuses maladies qui se propagent par le biais de l’eau d’irrigation. L’irrigation goutte à goutte peut être adaptée à toute pente cultivable et convient à la plupart des sols. Contrairement à l’irrigation goutte à goutte commerciale, les systèmes artisanaux simples sont abordables et efficaces.
  • 2

    Belder P, Rohrbach D, Twomlow S, Senzanje A. 2007. Can drip irrigation improve the livelihoods of smallholders? Lessons learned from Zimbabwe. Global Theme on Agroecosystems Report no. 33. Bulawayo, Zimbabwe: ICRISAT.

    http://ejournal.icrisat.org/volume5/aes/aes3.pdf Selon certaines estimations, un tiers de la population rurale en Afrique subsaharienne souffre de malnutrition. Au nombre des stratégies visant à atténuer les impacts de la mauvaise productivité agricole et de la sécheresse figure la mise en valeur du potentiel d’irrigation inexploité du continent. Une intervention, qui s’appuie sur les réussites en Asie et qui est prometteuse pour l’amélioration de la nutrition des ménages dans les zones rurales grâce à une meilleure production végétale, est l’irrigation goutte à goutte à petite échelle. On estime que ce système est économe tant en eau qu’en main-d’œuvre. Depuis 2002, quelque 70 000 kits d’irrigation goutte à goutte de basse chute abordables ont été distribués dans le cadre d’initiatives d’aide humanitaire dans les zones rurales du Zimbabwe. Pendant la saison sèche de 2006, une enquête a été menée sur toute l’étendue du territoire national afin de déterminer les impacts des kits qui avaient été distribués aux ménages nécessiteux. Les résultats de l’enquête ont montré que les kits avaient été abandonnés au fil du temps et qu’après 3 années, seuls 16 % des kits étaient encore utilisés. Parmi les raisons de cet abandon figuraient la pénurie d’eau, l’incompréhension du concept de kit d’irrigation goutte à goutte et, pire encore, le manque d’appui technique et de suivi tant par les organisations non gouvernementales qui ont distribué les kits que par les services de vulgarisation. Une analyse coût-efficacité a montré que ces kits ne sont plus rentables que l’arrosage manuel traditionnel que lorsque les économies d’eau potentielles sont réalisées. Ceci n’a, toutefois, guère été le cas en raison de l’ignorance des bénéficiaires concernant les besoins en eau des cultures lors de l’utilisation des kits et de la perception selon laquelle la surface du sol doit être humide. Par conséquent, l’enquête est arrivée à la conclusion qu’une technologie relativement complexe telle que les kits d’irrigation goutte à goutte ne devrait pas faire partie de programmes d’aide à court terme, mais devrait plutôt être intégrée dans des programmes de développement à long terme impliquant à la fois le secteur public et le secteur privé. Ceci garantira un appui technique approprié en termes de gestion des cultures et de développement des chaînes d’approvisionnement pour les pièces de rechange et les kits supplémentaires.
  • 3

    IWMI. 2013. Making a difference drop by drop. Success Stories Issue 18. Colombo, Sri Lanka: IWMI.

    http://www.iwmi.cgiar.org/Publications/Success_Stories/PDF/2013/Issue_18-Making_a_difference_drop_by_drop.pdf Dans le district de Coimbatore, Tamil Nadu, en Inde, plus de 90 % des agriculteurs qui avaient été encouragés à investir dans des systèmes d’irrigation goutte à goutte ne savaient pas comment les utiliser correctement. L’augmentation de la productivité des cultures a été décevante. Une initiative de renforcement des capacités, menée par le Programme de recherche sur les politiques de l’eau de l’IWMI-Tata et des partenaires locaux, a formé les agriculteurs dans tous les aspects de l’irrigation goutte à goutte. Cela a entraîné des économies d’eau et des rendements allant jusqu’à 40 % pour certaines cultures.

Bienvenueàl’agriculture intelligente face au climat 101

déroulez pour découvrir

Ce site vous ouvre la porte de l’agriculture intelligente face au climat. Il vous aidera à vous lancer et vous accompagnera dans la mise en œuvre sur le terrain, en vous donnant accès à toutes les ressources avec lesquelles vous devez vous familiariser davantage.

déroulez pour commencer

CCAFS Agriculture intelligente face au climat 101

Notions élémentaires

L’agriculture intelligente face au climat (AIC) est une approche intégrée destinée à relever les défis interdépendants de la sécurité alimentaire et des changements climatiques, qui vise explicitement trois objectifs :

A. accroître durablement la productivité agricole afin de favoriser des augmentations équitables des revenus agricoles, la sécurité alimentaire et le développement ;

B. adapter et renforcer la résilience des systèmes agricoles et de sécurité alimentaire aux changements climatiques à plusieurs niveaux ; et

C. réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture (notamment la production végétale, l’élevage et la pêche).

Points d’entrée

L’agriculture affecte et est affectée par les changements climatiques de plusieurs manières et il existe de nombreux points d’entrée pour le lancement des programmes d’AIC ou la mise à échelle des activités existantes. La productivité, l’atténuation et l’adaptation peuvent avoir lieu à des niveaux technologiques, organisationnels, institutionnels et politiques différents. Afin de vous aider à explorer cette multitude de points d’entrée, nous les avons répartis en trois domaines thématiques : i) les pratiques d’AIC ; ii) les approches par systèmes de l’AIC ; et iii) des environnements propices à l’AIC. Chaque point d’entrée est ensuite décrit et analysé en termes de productivité, d’adaptation et de potentiel d’atténuation et est illustré par des études de cas, des références et des liens Internet pour de plus amples informations.

Élaborer un plan d’AIC

La planification des projets et programmes d’AIC, ainsi que leurs mise en œuvre et suivi s’articulent autour des questions de compréhension du contexte, notamment l’identification des principaux problèmes/obstacles et opportunités liés à l’orientation du projet/programme ; l’élaboration et la hiérarchisation de solutions, et la conception de plans ; la mise en œuvre ; et le suivi-évaluation. La plupart des grands organismes de développement disposent de leur propre cadre pour l’élaboration et la gestion des projets et programmes. Cependant, le CCAFS a mis au point une approche spécifique pour la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des projets et programmes d’AIC, appelée Plan de l’AIC. Ce plan vise à orienter la planification, la mise en œuvre et le suivi de l’AIC à grande échelle. Le Plan de l’AIC comprend quatre principaux éléments, à savoir : 1) l’Analyse de situation ; 2) le ciblage et la hiérarchisation ; 3) l’appui au programme ; et 4) le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Financement

Un certain nombre de sources de financement potentielles sont disponibles pour aider à réaliser les objectifs de l’AIC, notamment le développement agricole, la sécurité alimentaire, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. Les sources de financement des interventions relatives au climat peuvent servir, par exemple, à mobiliser un financement pour l’agriculture et intégrer les changements climatiques dans les investissements agricoles. La présente section donne un aperçu des sources de financement potentielles pour les activités d’agriculture intelligente face au climat (AIC) aux niveaux national, régional et international, ainsi que pour différents « clients » potentiels tels que les gouvernements, la société civile, les organisations de développement et d’autres entités. En outre, elle donne des pistes de solutions pour la recherche de financement parmi une gamme d’opportunités, en fonction du domaine d’intervention, du secteur et de l’instrument de financement de l’AIC.

Bibliothèque de ressources

Le Guide de l’AIC propose une présentation brève et concise des multiples aspects de l’agriculture intelligente face au climat. Dans le même temps, il indique les liens permettant d’accéder aux références et autres ressources clés qui vous aideront à approfondir vos recherches et mieux comprendre les sujets spécifiques qui vous intéressent. Dans la bibliothèque de ressources, nous avons rassemblé toutes les références, ressources clés, termes et questions dans une section unique afin d’en donner un bref aperçu et de les rendre facilement accessibles. Cette section peut être utilisée comme une partie ou indépendamment des autres sections du site Web. La bibliothèque de ressources est répartie en six sections à savoir : 1) les Références – liste de tous les publications, liens et blogs auxquels il est fait référence sur le site Web ; 2) les Outils – liste tous les outils de l’AIC présentés sur le site Web ; 3) les Termes clés – explications des termes les plus importants et les plus fréquemment utilisés concernant l’AIC ; 4) la Foire aux questions (FAQ) – qui donne un bref aperçu des questions les plus fréquemment posées concernant l’agriculture intelligente face au climat ; 5) la section « À propos de ce site » – où vous pouvez obtenir davantage d’informations sur le but et la structure du site Web, ainsi que sur les organisations et les auteurs qui se cachent derrière le site ; et 6) notre Contact.

Local case studies

Filtrer par points d’entrée

search